Frau Storm à Eupen

Le TURLg a participé avec succès à Scenario, le festival ‘Théâtre-danse’ d’EUPEN, le 30 mars 2019, en présentant à l’Alter Schlachthof
Frau Storm. Ein Kammerspiel
d’Eckart Pastor, avec Anita Wangen et l’auteur, mis en scène par Robert Germay

Les photos : https://photos.app.goo.gl/Lp6QthURPz7rdEdo8

Le 30 mars 2019, à peine remise de son trip toulousain de plus de 1000 km vers le Sud (19-21.03), Frau Storm reprenait la route, vers l’Est cette fois, à destination d’EUPEN … à 40 km de Liège tout de même !

Drang nach Osten ? (La ‘poussée vers l’Est’, mouvement de colonisation germanique vers l’Est, depuis le 12e siècle)

Heimweh (nostalgie) … ??

Créée à Liège en version originale allemande,  Frau Storm. Ein Kammerspiel devait natürlich raviver le souvenir du Theater der Lütticher Germanisten (TLG /Théâtre des Germanistes Liégeois) dont la première tournée überhaupt (la tou-toute première !) eut pour point de chute précisément Eupen.

C’était en 1971 (oufti !, il y a 48 ans !) : l’empereur Romulus der Grosse (de Friedrich Dürrenmatt) emmenait –en autocar- les germanistes liégeois à la conquête de la Germanophonie pour y rencontrer, à la Jünglingshaus d’Eupen, l’après-midi un public scolaire et en soirée un ‘grand public’.

Le mot ‘conquête’ n’est pas déplacé, si on rappelle qu’à l’occasion de cette grande ‘Première’ dans les Ostkantonen Belgiens (1) le TLG remportait le premier prix du concours organisé in illo tempore par la Province de Liège pour les troupes théâtrales jouant en allemand. Deux ans plus tard, en 1973, c’est un simple quidam, Herr Mockinpott, Monsieur Merdenpot (2), qui marchait –en autocar toujours- dans les pas de l’empereur et remportait à son tour le fameux prix.

Or, suite à une récente réforme de l’Etat belge, le trophée n’était plus décerné cette fois-ci par la Province, mais par un tout frais émoulu Rat der deutschen Kulturgemeinschaft (Conseil de la Communauté de culture allemande) qu’on venait d’installer à Eupen le 23 octobre 1973. (3)

La nuance est importante, car la ‘bande d’étudiants montant sur les planches en allemand’ se voyait du même coup reconnaître officiellement comme une vraie compagnie théâtrale, toujours d’amateurs, certes, mais maintenant ‘patentée’ et régulière. Des instances officielles accréditaient ainsi désormais l’appellation Theater der Lütticher Germanisten/Théâtre des Germanistes Liégeois (TLG) … qu’elles allaient alors doter d’un subside récurrent. (4)     

La presse donna à l’affaire un bel écho et cette nouvelle renommée allait aider la jeune ‘troupe’ à glaner d’autres contributions financières tous azimuts. (5)

Corolairement même, la RTB (Radio-Télévision Belge) s’intéressa alors aux créations du TLG qu’elle diffusa à plusieurs reprises sur ses antennes dans le cadre d’émissions scolaires pour l’apprentissage de l’allemand.

Enfin –surtout ?-, la ‘conquête’ des régions parlant allemand s’élargit rapidement : d’Eupen, Mockinpott gagna ensuite tout naturellement Sankt-Vith, Kelmis, et même Bruxelles, au Goethe-Institut, allant ensuite jusqu’à franchir pour la première fois la frontière à l’Est, pour jouer à Remscheid, première cité Outre-Rhin visitée par le Théâtre des Germanistes.

Par la suite, les productions du TLG (Himmelwärts, Herkules, Scherz Satire…, Mugnog-Kinder, etc. (6)) allaient parcourir toute l’Allemagne, de Husum à Tübingen et d’Aachen à Stralsund, pour bientôt atteindre l’Autriche, et même l’Italie et la Pologne. Et on peut sans crainte affirmer que la fusion du Théâtre des Germanistes avec le Théâtre Universitaire Liégeois qui s’est produite en 1983 -par changement de directeur interposé- a fortement ‘boosté’ les relations internationales de la troupe liégeoise, qui peut aujourd’hui afficher à son palmarès des prestations dans 43 pays sur 4 continents.

Oui, c’est tout cela qu’évoque pour moi EUPEN, excusez du peu ! D’où, ce préambule un peu longuet pour rafraîchir la mémoire des anciens … et éclairer les nouveaux sur un pan d’histoire de leur théâtre.

(‘Qu’est-ce qu’on dit ?’ – ‘Merci, Chef !’)

Revenons-en maintenant à l’Eupen et au TURLg d’aujourd’hui.

Un incontournable acteur culturel eupenois est sans conteste l’association Chudoscnik Sunergia, dont une des chevilles ouvrières n’est autre qu’une certaine Chantal Heck, une amie chère, membre active du TURLg, où elle a participé comme actrice à plusieurs spectacles.

Parmi bien d’autres événements, Chudoscnik organise, depuis 2002, un remarquable festival de théâtre-danse : Scenario (https://sunergia.be/fr/theatre-danse/scenario-festival/). Avouons qu’il n’a pas été bien sorcier d’y faire inviter Frau Storm que notre Chantal avait pu voir et apprécier lors de la création à Liège le 23 novembre 2017.

Par ailleurs, ne voilà-t-il pas justement, qu’une autre Chantal, Delhez celle-ci, ancienne membre du TLG tout pareil, bosse depuis ‘toujours’ à la BRF (7) et qu’elle y a comme collègue une autre ancienne recrue et amie du Théâtre liégeois, Judith Peters, tenez-tenez ! …

Autant dire qu’une bonne part de la publicité sur l’événement de la venue de Ma ’me Storm à Eupen était d’ores et déjà bien assurée  (https://brf.be/regional/1266370/ ). Une pub eficace d’ailleurs, car un public de choix était en effet présent au Kulturzentrum Alter Schlachthof pour applaudir la représentation le 30 mars 2019 à 20 h.

Grand merci à ces trois ‘vieilles copines’ d’avoir si efficacement battu tambour pour motiver tous ces spectateurs à participer à ces sympathiques retrouvailles du TURLg avec Eupen … qui devient ainsi la dernière étape de la tournée et de l’aventure de notre

Frau Storm. Ein Kammerspiel.

Robert GERMAY

  1. Autrefois –c.à.d. dans ma jeunesse- on disait ‘les cantons rédimés’ : https://www.7sur7.be/7s7/fr/1540/TV/article/detail/3170422/2017/05/30/Cantons-redimes-la-RTBF-choque-les-Cantons-de-l-Est.dhtml
  2. Wie dem Herrn Mockinpott das Leiden ausgetrieben wird /Comment Monsieur Merdenpot fut libéré de ses tourments.
  3. Un Rat devenu d’ailleurs aujourd’hui, depuis 1983, Parlament der Deutschsprachigen Gemeinschaft Belgiens. Ah! les avatars des réformes belgicaines…
  4. Jusque-là, les seules et maigres ressources financières provenaient du ‘Cercle d’Etudes allemandes’, présidé par le Prof. A. Nivelle, cercle lui-même subsidié par le Goethe-Institut de Bruxelles.
  5. Par ex. auprès du Goethe-Institut/Deutsche Bibliothek de Bruxelles, de la Communauté française de Belgique (Ministère de la culture, le CGRI, les Tournées Art et Vie, …), des Affaires culturelles de la Ville et de la Province de Liège, de l’Université de Liège, de la Fondation Dubuisson, …
  6. Voyez la liste sur http://culture.uliege.be/jcms/prod_493773/fr/chronologie-des-spectacles-du-turlg?part=3
  7. Belgischer Rundfunk, un service public chargé de la radio et de la télévision pour la Communauté germanophone de Belgique – Cantons de l’Est et Bruxelles)
2019-05-16T15:07:50+02:00

Dernières publications